Sans lui, je ne serais pas allée aux JMJ …


Cette personne c’est le père Jacques Hamel. Ce prêtre assassiné près de Rouen alors qu’il célébrait la messe le 26 juillet 2016, date lors de laquelle se déroulait également en Pologne, les JMJ.
Catholique qu’on peut qualifier de « froide », peu de messes, peu de prières, lorsque j’ai appris cela, ma foi laissée de côté des années, s’est réveillée. Mon cœur me brulait, j’avais l’impression qu’on s’en prenait à un ami.
Je me suis demandée, que puis-je faire à mon échelle pour qu’il ne soit pas mort pour rien?

Qu’ai-je donc à offrir ?

J’ai décidé de lui offrir ma confirmation, j’ai préparé pendant un an ce sacrement avec un groupe adulte. Le moment était venu de « sortir de mon canapé », comme le disait si bien le Pape François lors des dernières JMJ.
Depuis ma confirmation je suis beaucoup plus impliquée dans ma paroisse.
Et j’ai eu envie de partir aux JMJ.
Au Panama, je confie au Père Luc comment je suis retournée à la foi.
Il me propose alors de partager mon témoignage aux autres pèlerins lors d’un trajet en bus. Déjà très heureuse que l’on ait pu prier pour le Père Hamel, l’histoire ne s’arrête pas là.
Le lendemain, lors de la messe à l’église Don Bosco avec tous les français, Père Luc me propose de le suivre pour rencontrer l’archevêque de Rouen, il connaissait Jacques Hamel.

Quel cadeau !


Je raconte mon histoire à Monseigneur Lebrun, il me parle de l’engouement pris suite à l’assassinat. Je repars avec une prière et une photo du Père Hamel qui me suivront tout le reste des JMJ et surtout lors de la messe finale le dimanche avec le pape.
Le ciel nous fait de belles surprises, qui sait, le Père Hamel sera peut-être un futur saint patron des JMjistes …

Claire B, 26 ans, assistante commerciale, diocèse du Puy

La suite de cette article est restreint au membre du site. Si vous posséder deja un compte merci de vous authentifier, sinon vous pouvez vous créer un compte gratuit

Connexion pour les Utilisateurs enregistrés
   
Nouvel utilisateur ?
*Champ requis