Savoir-vivre

Nous représentons la France notamment quand nous sommes dans les familles. Les règles de bienséances sont de mise (modulo quelques petites différences culturelles qui pimenteront notre séjour).

Vêtements : par respect pour soi, pour les pèlerins et ceux qui nous reçoivent, pas de grands décolletés, pas de ventre à l’air, pas de mini short ou de mini-jupe. Dans les églises et pour les visites, il faudra avoir les épaules et les genoux couverts : foulard / paréo.
Nous sommes un groupe de pèlerins : Prendre soin les uns des autres (notamment en matière de sommeil). Signaler à l’équipe organisatrice (présente pour vous chouchouter) tout malaise ou mal-être physique ou spirituel : pas de petits maux ou de grandes questions qu’on traite entre pèlerins ! Nous ne sommes pas là pour vous pister mais pour prendre soin de chacun de vous.
Prudence avec les réseaux sociaux : Les médias récupèrent rapidement des informations déformées

Exemple du bus :

  • Un bus s’arrête 30 min sur le bord de la route
  • Une photo est postée sur les réseaux sociaux
  • C’est repris, déformé et hop, ça finit dans les médias : « des pèlerins abandonnés des heures sur le bord d’une route en plein soleil, sans assistance »
  • Tous vos proches paniquent et les autres JMJistes aussi

=> Une équipe com’ fera les images (photo et vidéos) diffusées pendant le séjour sur le web.

Alcool et cigarettes : le lien à l’alcool et à la cigarette n’est pas le même au Panama qu’en France. Il est par exemple mal vu voire interdit de fumer dans les rues et en public (surtout devant des enfants). Nous demandons aux pèlerins français de tenir compte de cette culture différente, en particulier au sein des familles d’accueil. L’organisation des JMJ tient particulièrement à promouvoir une « atmosphère saine » durant le rassemblement. Et si c’était l’occasion de réduire sa consommation de tabac ? J

La vie à Panama

Décalage horaire : – 6h de décalage horaire avec la France. Quand il est 20h en France, il est 14h au Panama.

L’eau du robinet est potable dans les lieux où nous serons reçus. Cependant, il est recommandé aux Européens de boire de l’eau en bouteille.

La nourriture de rue est fraiche et cuisinée le jour même. Elle peut être consommée sans problème : poissons et fritures, fruits, légumes crus etc… Les glaces, jus de fruits frais et Raspado (bloc de glace avec du lait concentré et du sirop) peuvent être consommés sans crainte.

Les horaires des repas à Panama City : (utilisation des tickets restaurant fournis dans le pack pèlerin)

  • Petit déjeuner: 06:00 – 11:30
  • Déjeuner: 12:00 – 17:00
  • Dîner: 18:00 – 23:00

Les prix sont affichés hors taxe et il faut ajouter le service (TVA à 7% et commission de 10 % pour les restaurants + pourboire).

Cartes postales : les panaméens ne connaissent pas les cartes postales et la poste est peu performante… On enverra des photos au retour en France.

Sécurité

Pour les transports, si besoin, utiliser les UBER et non les taxis (le ministère des affaires étrangères recense régulièrement des cas d’agression par des chauffeurs de taxi). Quelques règles de prudence à observer :

  • ne pas monter dans une voiture dont les vitres sont fumées ou polarisées ;
  • s’assurer que la plaque et le numéro de licence sont bien visibles ;
  • ne jamais prendre un UBER dans lequel se trouve déjà une autre personne ;
  • dans la mesure du possible, appeler quelqu’un pour lui demander de noter le numéro du UBER que l’on prend.

NB : pour Panama City, un ticket de transport valable toute la durée du séjour vous sera remis avec le pack pèlerin.

Sécurité : NE JAMAIS SE DEPLACER SEUL (en particulier pour les filles, toujours être au moins 3). Quelques recommandations de l’ambassade de France : Le niveau de sécurité demeure globalement satisfaisant au Panama. Il convient toutefois de faire preuve d’une grande vigilance dans la capitale. Il est recommandé de ne pas porter sur soi plus d’argent liquide que nécessaire, d’avoir une copie de son passeport et de laisser l’original sur le lieu de logement. Sont déconseillés, en particulier la nuit, certains quartiers de la ville tels que El Chorillo, Calidonia, Curundu, Juan Diaz et San Felipe (proche du quartier historique du Casco Antiguo). L’accès aux abords du canal de Panama est réglementé : il convient de veiller à respecter les règles établies par les autorités locales.

Drogue : La drogue est plus présente au Panama qu’en France. Il est recommandé aux pèlerins qui sortent le soir de ne jamais laisser leur verre sans surveillance et faire particulièrement attention à ce qu’ils boivent.

La détention de drogue, de quelque nature, même en quantité minime, est strictement interdite au Panama. Des sanctions sont prévues par le Code pénal (chapitre V, article 255 et suivants) en cas d’introduction de drogues sur le territoire panaméen, de transformation et de culture de substances narcotiques, et de trafic de stupéfiants.

Info assurance

Assurance santé

Nous attirons votre attention sur les clauses restrictives suivantes :

L’assurance ne pourra pas être sollicitée en cas de :

–          Sinistre survenu suite à la consommation de drogues ou alcool

–          Sinistre survenu dans le cas de pratique de sports extrêmes (dont la motonautique!)

–          Maladie antérieure aux JMJ non déclarée

Cette assurance ne dispense bien sûr pas de la nécessité pour le pèlerin d’être affilié à la Sécurité Sociale en France.  

NB : les ordonnances panaméennes sont prises en charge par la Sécurité Sociale Française,  il faut donc conserver toutes les ordonnances et prescriptions médicales délivrées au PANAMA : l’assurance JMJ ne couvre que l’avance des frais, il faudra ensuite que le pèlerin se les fasse rembourser par la Sécu et qu’il rembourse l’assurance.

En cas de vol (on parle bien ici du fait de se faire dérober des biens, personne ne se prend pour un oiseau)

Les objets précieux sont uniquement garantis contre le vol et seulement quand ils sont portés par le pèlerin ou lorsqu’ils sont en dépôt dans un coffre-fort.

Prise en charge d’un billet d’avion pour un retour en France

L’assurance met à la disposition du pèlerin un titre de transport aller simple en avion classe économique dans le cas d’une hospitalisation supérieure à 3 jours ou du décès d’un membre de sa famille, ou en cas d’incendie, explosion, vol, dégât des eaux dans sa résidence principale ou secondaire et rendant son retour impératif. Le voyage aller doit obligatoirement se faire dans les 8 jours suivant la date d’hospitalisation ou de décès.

L’assurance se réserve le droit, préalablement à toute intervention de ses services, de vérifier la réalité de l’événement garanti (bulletin d’hospitalisation, certificat de décès..).

La suite de cette article est restreint au membre du site. Si vous posséder deja un compte merci de vous authentifier, sinon vous pouvez vous créer un compte gratuit

Connexion pour les Utilisateurs enregistrés
   
Nouvel utilisateur ?
*Champ requis